Laure Brolliet, la régie au féminin

2003 - Catégorie : Brolliet

Par Stéphane Benoit-Godet

C'est la seule femme à la tête d'une régie genevoise. Laure Brolliet a repris la direction de l'entreprise familiale éponyme après le décès de son père en 1987. Après diverses activités professionnelles, elle s'intéresse à la pierre à 22 ans. Ce n'est pas a priori le goût de la continuation de la dynastie qui l'a mené à suivre les traces de trois générations de Brolliet à la tête de la régie. Mais une volonté de bien faire «et les plaisirs découverts dans cette carrière». Lors de son arrivée en 1977, «les choses se présentaient mal pour le marché immobilier genevois. J'ai connu deux crises en 25 ans de carrière, ce qui rend philosophe».

Laure Brolliet a connu la révolution des métiers de l'immobilier durant sa carrière. «La législation s'est complexifiée, Internet a changé le rapport entre l'offre et la demande et les mentalités ont évolué.»

Les Suisses que l'on disait un peuple de locataires ont retrouvé avec la chute des marchés financiers les qualités du placement immobilier. «Nous avons alors lancé nos programmes de propriété par appartements, au début avec des internationaux installés à Genève, mais maintenant la formule séduit de plus en plus de monde.»

La régie a développé une autre particularité avec son partenariat avec Sotheby's qui permet de proposer à un réseau international des surfaces résidentielles de prestige sur la région. La régie, «qui pratique tous les métiers de l'immobilier», grandit sûrement mais raisonnablement. «Nous dénombrons 99 collaborateurs contre 58 en 1987.» L'état locatif sous gestion se monte à environ 190 millions de francs et Laure Brolliet fêtera en 2003 les cent ans de la maison qu'elle préside et dont elle est l'unique actionnaire familial.